Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

A l'heure ou l'épargne rapporte peu, ou l'on parle sans cesse de scandales financiers, de rétributions scandaleuses de dirigeants du CAC 40, pourquoi ne pas se tourner vers l'épargne solidaire.

Encore un sujet dont les médias parlent peu mais qui existe et se développe. Selon une étude récente, elle représentait fin 2013 1 million d'épargnants et un encours de 6 milliards d'euros.

Qu’appelle t-on épargne solidaire ?

Apparue dans les années 80, on peut la définir comme une pratique qui consiste à s'assurer que son épargne est utilisée dans des activités relevant de l'économie sociale et solidaire.

On entend par là : l'insertion, l'accompagnement social, le logement, les microcrédits aux particuliers ou TPE, l'environnement, le commerce équitable, le développement durable,...

En clair, l'objectif principal de ce type d'épargne n'est pas uniquement le profit financier.

Qui définit que l'épargne est solidaire ?

Elle est reconnue par un label Finansol, seule référence crédible et légitime qui atteste le caractère solidaire de votre épargne.

Il est délivré par un comité d'experts indépendants qui labellise un produit et non une banque ou un autre opérateur financier. Les membres de ce comité sont issus du monde associatif, financier, syndical , universitaire et des médias.

Des critères précis sont définis par le règlement :

   ‑ les sommes collectées doivent financer des entreprises solidaires

   ‑ les revenus de l'épargne ( intérêts) doivent soutenir des associations avec un minimum de 25 % des gains reversés à ces associations.

   ‑ Les souscripteurs doivent être informés de l'utilisation de leurs placements, de l'évolution de leur épargne.

Ou trouver ces placements solidaires ?

En 1988, une coopérative de finances solidaires à été crée : la Nef. Elle exerce une double activité de collecte d'épargne et d'octroi de crédit comme toute banque classique dans le cadre d'un agrément de la Banque de France.

Depuis, presque toutes les banques proposent leurs produits d'épargne solidaire qui peuvent prendre toutes les formes de placement : livrets, SICAV, FCP,...

Des exemples :

le livret Codevair de la Banque Populaire, le livret d'épargne pour les autres du CIC, le Fonds Commun de Placement (FCP) Écureuil Emploi de la Caisse d’Épargne, la Société d'Investissement à Capital variable (SICAV) Libertés et Solidarités de la Banque Postale, ...

Est-elle rentable ?

Aujourd'hui l'épargne classique ne génère pas de gain financier important à l'image du livret A. L'épargne solidaire peut donc s’avérer rentable surtout avec des avantages fiscaux qui y sont rattachés.

‑ Réduction d'impôt de 18 % pour les placements en investissements.

‑ En cas de dons des intérêts d'un livret, réduction d’impôt de 66 %

En fait, plus de la moitié des encours sont de l'épargne salariale solidaire car les dispositifs PEE et PERCO ont obligation de proposer au moins un fonds solidaire.

Pour l'épargnant solidaire, sa motivation peut-être multiple : engagement personnel dans le développement de projets sociaux ou environnementaux, volonté de transparence de son épargne, sécurité, avantages fiscaux ou tout simplement rentabilité comparable à d'autres placements.

Henri OLLIER

 

Hébergé par Overblog