Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

QUAND CASHBACK RIME AVEC ARNAQUE…

Les sites RemisesEtRéductions.fr et ClubDesAvantages.fr trompent-ils les consommateurs ? C’est ce que dénoncent plusieurs de leurs concurrents. Ils réclament un encadrement de ce système de cashback consistant à offrir des remises aux internautes contre le paiement d’un abonnement.

Depuis plusieurs années, le site RemisesEtReductions.fr permet aux consommateurs qui achètent des produits ou des services en ligne de bénéficier, une fois leur commande terminée, d’un chèque de remise sur un prochain achat.

C’est ce qu’on appelle le cashback (ou « remise en argent »). De nombreux sites de e-commerce, de CDiscount à la Fnac en passant par Ryanair, ont mis en place des partenariats avec des opérateurs de cashback. Mais pour profiter de ces remises, le consommateur doit payer un abonnement de 15 € par mois. Plus récemment, le site ClubDesAvantages.fr s’est également lancé sur ce secteur.

Une méthode dénoncée par les acteurs du cashback gratuit

Mais la méthode du « cashback sur abonnement » utilisée par ces deux sites est dénoncée par leurs concurrents regroupés au sein du Syndicat national du marketing à la performance (SNMP), à savoir eBuyClub.com, iGraal.com ou encore Poulpeo.com.

« Croyant bénéficier d’une offre proposée par le site marchand en lequel il a confiance, le consommateur indique, sans crainte, son numéro de carte bancaire sans avoir conscience que cette opération a un coût et que c’est un abonnement,considère Gilles Nectoux, président du SNMP. Cet abonnement coûtera 15 € à l’internaute crédule chaque mois... jusqu’à ce que prenant la peine de regarder ses relevés bancaires en moyenne 9 mois plus tard, il s’aperçoive de la supercherie. »

Campagne de déstabilisation

Le syndicat a récemment adressé un courrier à la secrétaire d’État à la consommation, Carole Delga, dans lequel il accuse ces sites de tromper le client. Lui défend le principe du cashback « gratuit » : le consommateur doit juste s’inscrire sur le site de cashback et bénéficie de remises à chaque fois qu’il va réaliser un achat sur l’un des sites marchands partenaires.

La société éditrice du site RemisesEtReductions.fr, Webloyalty, dénonce « une campagne de déstabilisation » orchestrée par ses concurrents, et nous indique réfléchir à des recours contre ces « propos dénigrants ». Elle s’est toujours défendu de vouloir tromper le consommateur.

De nombreuses plaintes depuis 2009

Qui a tort, qui a raison ? La SNMP indique recevoir de nombreuses plaintes de consommateurs. 60 Millions aussi ! Des internautes nous font régulièrement part deleur mécontentement lorsqu’ils découvrent qu’ils ont souscrit un abonnement à RemisesEtRéductions.fr, même si ces derniers mois les plaintes sont un peu moins nombreuses. Dès 2009, nous avions publié un article sur les « fausses bonnes affaires » de ce site.

Le SNMP réclame l’ouverture d’une enquête et souhaite que « ce type de pratiques soient interdites ou, à défaut, réglementées » avec, par exemple, l’obligation pour ces sociétés d’envoyer un mail à leur en-tête (et non celle du marchand) au consommateur avant que ce dernier ne donne son numéro de carte bancaire.

Webloyalty sanctionné en Italie

Les méthodes de Webloyalty ont été épinglées en Italie. L’Autorité italienne de la concurrence a condamné l’an passé la société à 800 000 € d’amende. Les sites marchands avec lesquels elle était partenaire, notamment Ryanair, Alitalia et eDreams, ont également été sanctionnés.

Le SNMP n’hésite d’ailleurs pas à accuser les sites marchands d’y trouver un intérêt financier : « ils touchent des sommes comprises entre 100 000 et 300 000 € par mois (soit pour certains jusqu’à 20 % de leur résultat d’exploitation) pour faire la promotion de ce service sur leurs pages. »

En France, le principe du cashback par abonnement semble en tout cas commencer à poser question. Le site Voyages-Sncf.com a, par exemple, cessé de travailler avec la société Webloyalty depuis septembre 2013 « car elle ne correspondait plus à [sa] stratégie partenariale ». Le voyagiste continue toutefois à proposer des offres de cashback... mais du cashback gratuit, uniquement.

 

60 millions de consommateurs

 

Hébergé par Overblog