Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

Les élèves de terminal commencent à peine à plancher sur le bac que nous abordons déjà la rentrée scolaire... Désolé!

Mais c'est qu'en la matière, il n'y a pas de temps à perdre, c'est qu'il faut, dès les résultats affichés s'organiser et mettre en place une nouvelle vie... La liberté a un prix.

Allons y avec méthode :

  1. La recherche d’un appartement

Résidence étudiante.

La recherche d’un logement étudiant peut s’avérer tumultueuse. En effet, il existe différents types d’offres telles que les locations de studios, les résidences universitaires, la colocation ou encore le logement chez un senior.

Pour la location classique, il faut compter en moyenne au moins 300 euros par mois pour Le Puy en Velay. Pour trouver un logement vous pouvez vous tourner vers la presse écrite (de particulier à particulier), ou encore sur des sites de petites annonces (tel que « le bon coin »). Il existe aussi des associations qui peuvent vous conseiller.

Attention, en passant par une agence, il faudra aussi prévoir les frais d’agence, ceux-ci peuvent s’élever à un ou deux mois de loyer selon les agences. Ces agences sont parfois signe de garanties, puisqu’elles permettent une aide à la recherche, mais aussi une aide juridique lors de la conclusion du bail.

A l’entrée dans les lieux, un contrat de bail doit être signé, il comprend un état des lieux contradictoire et obligatoire (entre le bailleur et le locataire). Sur ce document, figurent le nom des parties, le montant du loyer, la description du bien.

 

Il est possible pour un étudiant de se loger à moindre frais,

- c’est le cas de la colocation, elle permet de diviser les frais entre les occupants du logement. Elle ouvre droit aux ALS, si votre nom est inscrit sur le contrat de bail.

- c’est aussi le cas du logement intergénérationnel (cohabitation avec un senior). L’étudiant pourra bénéficier d’une chambre à moindre coût en échange de temps donnés à la personne plus âgée.

Enfin, il existe les résidences universitaires, gérées par le CROUS sur les campus des universités. Cependant, il faut justifier de certaines conditions de ressources, qui sont les mêmes que pour l’obtention des bourses.

Pour ceux, qui ne bénéficient pas de bourse, il est possible de recourir aux résidences étudiantes privées, dont les prix varient selon leurs prestations.

Pour une ville comme Clermont-Ferrand le prix peut atteindre 550 euros pour un 20 m2 (toutes charges comprises).

Attention, aux arnaques sur les logements étudiants.

Il existe des vendeurs de liste, qui pour le paiement d'un forfait pouvant aller jusqu'à 600 euros, vendent des listes d'appartements, qui se révèlent, dans la plupart des cas, déjà loués.

Il existe aussi des arnaques sur les sites de petites annonces. Des propriétaires peuvent mettre à la disposition des locations non conformes.

  1. Les APL

Il peut parfois s’avérer difficile de payer le loyer de son logement lorsqu’on est étudiant. Ainsi, il existe des aides financières, qui peuvent aider à réduire le montant du loyer. En effet, la caisse d’allocation familiale (CAF), propose des aides au logement, qui sont des aides personnalisées au logement (APL), ou des allocations de logement à caractère social (ALS).

Ces aides son accessibles à toutes personnes ayant des ressources limitées, à condition de :

  • Être titulaire d’un contrat de location à votre nom, concernant une résidence principale effectivement occupée
  • Avoir des ressources limitées, un plafond est fixé selon la zone de location du bien (île de France, agglomérations de plus de 100 000 habitants, ou encore les agglomérations de moins de 100 000 habitants).

Attention : un projet de réforme, viserait à réduire les APL pour les étudiants non boursiers rattachés au foyer fiscal de leurs parents. Ils devront alors choisir entre le rattachement au foyer fiscal ou la perception des aides aux logements.

  1. L’assurance obligatoire d’habitation.

Lors de la location d’un logement, la souscription d’une assurance multirisques habitation est impérative, depuis la loi du 6 juillet 1989. Celle-ci comprend les garanties de base, telle que la garantie du logement contre l’incendie, le vol, les dégâts des eaux ou encore contre les catastrophes naturelles ou TOC (garantie contre tempête, ouragan, cyclone). Certaines assurances peuvent inclure l’assurance de responsabilité civile, ou d’autres garanties plus spécifiques.

Attention, il faut faire attention, à la valeur prise en compte dans le contrat d’assurance pour l’indemnisation des biens sinistrés. Celle-ci peut varier et peut avoir une incidence sur la valeur de l’indemnisation en cas de sinistre.

  1. La sécurité sociale étudiante (LMDE ou SMERRA ?)

La couverture sociale étudiant vous permet de prendre en charge les frais médicaux tout au long de l'année civile, elle est obligatoire et concerne les étudiants âgés de 16 à 28 ans.

Lors de l'inscription dans le supérieur, l'étudiant aura le choix entre deux mutuelles étudiantes, la SMERRA (Mutuelle Étudiants de la Région Rhône-Alpes Auvergne) et la LMDE (La Mutuelle Des Étudiants). Une fois choisie, il reste important de choisir un médecin traitant et de le déclarer à la sécurité sociale pour que les remboursements soient facilités.

La cotisation était de 211 euros en 2014, elle peut-être payée en 3 fois, ou peut-être gratuite si l'étudiant est boursier ou fait l'objet d'une dispense si l'étudiant travail plus de 60 heures par mois (il est affilié au régime général).

Attention, une enquête de l’UFC Que Choisir a mis en évidence, la mauvaise relation entre les mutuelles et les assurés. Tout particulièrement, cette étude a notamment fait ressortir de graves difficultés à l'encontre de la LMDE, au niveau de la longueur des remboursements, et de l'impossibilité de joindre un télé-conseiller. Encore plus grave, celle-ci a été placée sous sauvegarde de justice le 9 février 2015 par le tribunal de grande instance de Créteil. Cependant, la direction a assuré que les remboursements seront toujours assurés.

  1. Compte bancaire (gérer son argent)

En règle générale, les banques raffolent des étudiants ! En effet, ce sont de futurs actifs, et potentiels clients/épargnants.

Pour cela, la plupart propose des « offres étudiantes », qui sont le plus souvent gratuites la première année. C'est le cas de la banque populaire qui offre la première année la carte « visa premier » et l'ouverture du premier compte courant, ou encore de la banque postale.

Attention, cette offre comprend seulement la première année gratuite, lors de la seconde année, les tarifs en vigueur s'appliquent. Ceux-ci peuvent varier en fonctions des garanties proposées par la banque.

  1. La première assurance automobile.

Posséder le permis de conduire, n'est que le début du périple du jeune conducteur. En effet, l'assurance automobile est obligatoire pour tout conducteur de véhicule terrestre à moteur. Celle-ci peut s’avérer très onéreuse pour un jeune conducteur, c'est pourquoi le jeune conducteur doit, avant son premier achat, connaître quelques astuces :

  • le prix de l'assurance varie en fonction du véhicule, ainsi plus le véhicule est puissant ou onéreux, plus le prix de l'assurance sera élevée.
  • Les garanties accordées varient selon l'assureur est peuvent être plus ou moins onéreuses. Il faut donc privilégier pour une voiture à faible valeur une assurance « au tiers ».
  • L'assurance est moins onéreuse, si le jeune conducteur a effectué la conduite accompagnée.

Attention, dans un arrêt CJUE, « test-achats » du 1e mars 2011, la cour considère que la prise en compte du sexe de l'assuré en tant que facteur de risques dans les contrats d'assurance (notamment les contrats d'assurance automobile), constitue une discrimination.

Hébergé par Overblog