Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

 garante.jpg

      Lorsque nous achetons des appareils électroménagers ou des produits high tech , le vendeur nous propose souvent une extension de la garantie pièces et main d’œuvre.

 A quoi sert cette extension, est-elle utile ? Que nous offre-t--elle par rapport  au bloc des garanties légales ?

Les garanties légales

La garantie légale de conformité, article L 211-1 et suivants du Code de la Consommation. Elle vous garantit que le bien acheté correspond bien à l’usage  que vous voulez en faire et qu’il est conforme à la description qui vous en a été donné.

Cette garantie peut être mise en œuvre dans les deux ans suivant a délivrance du bien. De plus, si le défaut de conformité se révèle dans les 6 mois suivant l’achat, il est présumé exister dés l’origine.

La garantie légale des vices cachés article 1641  et suivant du Code Civil vous assure que le bien n’a pas un défaut qui rend impossible ou réduit significativement l’usage auquel vous les destiniez.

Cette garantie peut être mise en œuvre dans un délai de deux ans à compter de la découverte du vice.

La garantie commerciale.

Lorsque vous achetez un bien le vendeur vous offre souvent gratuitement une garantie commerciale de 2 ans  et vous propose de souscrire  une extension payante de cette garantie commerciale, d’une ou plusieurs années supplémentaires.  

Cette extension vous est facturée entre 10  et 20% du prix de l’appareil.   Ainsi, par exemple il vous en coutera  100€ pour une lave linge qui en vaut 500 et 70 € pour une tablette qui en vaut 300 €.

 Certes, la garantie commerciale est souvent plus facile à actionner que les garanties légales : en matière de vices cachés il vous appartient d’apporter la preuve de même pour la garantie légale de conformité passé le délai de 6 mois.

Toutefois  les garanties commerciale comportent le plus souvent des limites, des exclusions et c …. Ainsi, en lisant attentivement le contrat vous découvrirez que les pièces d’usures ne sont pas prises en charge, par ex la batterie d’un mobile. Si vous  habitez loin du magasin vous devrez vous même l’apporter au SAV le dépanneur ne se déplacera pas.  Quant au prêt d’un matériel de remplacement …. Illusoire le plus souvent  Pour ce qui concerne l’indemnité de remplacement promise , elle se calcule en  tenant compte de l’âge de l’appareil, en principe 1 % par  mois depuis la date d’achat. Donc après un délai de 60 mois l’indemnité s’élèvera  à 40 %, montant à rapprocher du cout de l’extension de garantie.  

Est-il opportun de souscrire une assurance payante ?    

Les marges étant de plus en plus faibles les commerçants imaginent de « se rattraper » sur les extensions de garantie. Certaines enseignes fixent à leurs vendeurs des objectifs de 30 % de vente d’extension. Pour réaliser ces objectifs les vendeurs vous noient d’information, passent sous silence les garanties légales, ou les minimisent. Le but étant d’affoler l’acheteur pour luis faire souscrire l l’extension, bien souvent inutile. En cas d’achet sur internet, il faut se méfier particulièrement  de la pratique des cases pré cochées.

 Nicolas Godefroy de l’UFC Que Choisir se montre très septique à l’égard de ces extensions, soit dit-il  le produit est de bonne qualité et vous avez payé pour rien, soit le prix du produit va baisser rapidement et il sera plus intéressant d’en acheter un neuf au moment de la panne.  

Quelques mesures de précaution avant de souscrire

   - Faire le ratio : cout de la garantie / prix du produit : ne doit pas dépasser 10%.

   - Vous achetez un produit cher, il est supposé durer donc l’extension est superflue.

   - Quelle est la panne la plus fréquente et quel est son cout ?

   - Et il est essentiel de lire attentivement les CGV.

 UFC Que Choisir 43 Odile MARTIN

 

Hébergé par Overblog