Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

La maladie d'Alzheimer, fléau du XXI ème siècle, inquiète beaucoup le grand public. L'éclairage apporté par les médias ajoute à la psychose ambiante, le peu d'avancées dans la connaissance et le manque de solutions thérapeutiques à l'heure actuelle finissent d'angoisser le plus grand nombre. Essayons de d'expliquer afin de dédramatiser la situation.

Cette pathologie neuro-dégénérative (perte progressive de neurones) du tissu cérébral entraîne la perte progressive des fonctions mentales et de la mémoire. Décrite dès 1906 par un médecin allemand Alois Alzheimer, les causes exactes de la maladie restent encore inconnues.

L'être humain voyant son espérance de vie augmenter les cas décrits de la maladie sont de plus en plus nombreux et souvent confondus avec des dégénérescences liées à l'âge.

Des causes diverses sont avancées sans réelles certitudes, la description du processus biochimique de la maladie reste encore imparfaitement connu. A ce jour peu ou pas de traitement efficace. Tout ce contexte fait que la population dans son ensemble s'inquiète, inquiétude reliée de façon parfois abusive par les médias. Essayons faire un point le plus objectif possible sur les avancées dans ce domaine.

Description et évolution :

Le premier symptôme du déclenchement de la maladie est des pertes de souvenir (amnésie) donnant lieu à des distractions mineures. Ces symptômes s'accentuent avec l’évolution de la maladie (qui est en moyenne de 3 à 8 ans), les souvenirs anciens restant souvent mieux conservés.

L'atteinte plus sévère des différents parties du cerveau conduit à des troubles du comportement dans un premier temps marqué par de l’agressivité (la personne atteinte se rendant de ses manques). Puis vient la perte progressive de l'autonomie et la dépendance complète et de façon inéluctable la mort.

Diagnostic :

Actuellement il repose essentiellement sur l'interrogatoire et sur des tests neuro-psychologiques. Cette maladie apparaît vers l’âge de 65 ans, mais des formes plus précoces mais rares ont été décrites. Souvent des signes normaux de la sénescence, une dépression du stress nous font confondre ses pathologies de la personne âgée avec l’Alzheimer.

Traitement :

Il n’y a pas de traitement réellement efficace soins palliatifs ayant un effet limité sur les symptômes

Maladie touchant un grand nombre de personnes dans nos sociétés développées

Aucun traitement curatif réellement efficace.

Examens complémentaires :

Des examens (scanner IRM etc .. ) mettent en évidence les dégâts présents au différents stades de l' évolution.

Il est décrit des plaques amyloïdes qui détruisent les fonctions cérébrales en détruisant les connexions entre neurones.

L'axe principal de la recherche est focalisé sur ces plaques, leur survenue, leur rôle leur origine biochimique ou génétique sans grande avancée à ce jour.

La maladie :

4 stades sont décrits

   1) Pré démentiel  : Stade souvent confondu avec les effets normaux du vieillissement ou le stress de la personne âgée

    2) Léger : Troubles de la mémoire, d'exécution et d'apprentissage.

   3) Modéré : Perte d'indépendance, perte des fonctions cognitives, non reconnaissance de ses proches et problèmes neuro-psychiatrique

   4) Avancé : Phase finale dépendance

La maladie ne peut être diagnostiquée de façon certaine à 100%. Seule l'autopsie révélera les plaques amyloïdes qui entraîne une dégénérescence et une inflammation cérébrale qui accompagne l'évolution de la maladie, mais à ce jour l'explication biochimique n’est pas connue

Différents facteurs déclenchant sont avancés sans certitude

    - le stress

    - les radicaux libres

    - le diabète

    - l'origine génétique

    - l'âge

    - l' hypercholestérolémie

    - L'exposition à l’aluminium aux ondes

    - les problèmes cardio-vasculaires

Mais à ce jour le dépistage n’est pas judicieux en l’absence de traitement curatif

Prise en charge :

Actuellement une prise en charge du malade et de son entourage sont les moyens les plus efficaces connus pour retarder l’évolution inéluctable.

    - Hygiène de vie

    - Activité physique

    - Identifier les facteurs de risques (hypertension, cholestérol, diabète ect...)

Aux premiers signes :

     - Stimulation physique cognitive

     - Prise en charge sociale :

Ce volet est très important afin d'aider le malade et surtout son entourage. Il faut : 

    - Eviter que les proches vive cela comme une maladie honteuse et la cache le plus longtemps possible

   - Identifier l’aidant naturel (aidant familial) et les professionnels doivent mettre l’accent sur l’aide aux aidants naturels qui sont en première ligne et qui la maladie évoluant verront parfois l’épuisement les gagner.

   - Ne pas négliger les solutions alternatives mêmes temporaires afin de préserver l’entourage qui reste le noyau essentiel.

Conclusion :

La maladie d’Alzheimer, bien qu'identifiée voilà plus d'un siècle, n'est qu’au début de sa compréhension par les scientifiques. De nombreuses pistes sont ouvertes, des hypothèses formulées, mais rien de satisfaisant n’est à ce jour apparu. Les connaissances en thérapie génie peuvent nous permettre d'être optimistes, mais le chemin est encore long.

Il reste comme beaucoup d'autres maladies que les règles de vie sont à ce jour les seules pistes pour retarder l’apparition et l’évolution de la maladie.

UFC Que Choisir de Haute-Loire - Paul DENAIS.

Hébergé par Overblog