Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

Les vacances de printemps sont là, pourquoi ne pas prendre le large au volant d’une voiture de location. Et ceci sans se ruiner en cas de pépin, c’est possible... à condition de maîtriser les règles du jeu.

La procédure est simple, il suffit :

    · d’être âgé de plus de 21 ans et d’avoir le permis depuis plus d’un an ;

    · de présenter des papiers d’identité (et parfois un justificatif de domicile) ;

   · de disposer d’une carte bancaire (si l’on ne peut présenter qu’un chéquier, il vaut mieux prévenir le loueur).

Location de voitures : toute une gamme de tarifs

Le prix dépend d’abord de la catégorie de la voiture. Attention ! Certains équipements - le siège bébé, par exemple - sont facturés en sus, parfois plus de 20 €.

De même, le loueur qui autorise la restitution de la voiture dans une ville autre que celle du départ peut demander plusieurs dizaines d’euros pour les frais de retour du véhicule.

D’autres suppléments peuvent également être appliqués, si on part d’un aéroport, par exemple, ou si l’on est un jeune conducteur (moins de 25 ans), ou encore quand le contrat de location prévoit deux conducteurs différents.

Enfin, certains loueurs demandent quelques euros de plus pour la "participation aux frais d’immatriculation".

Louer une voiture : attention à l’assurance !

Au départ, même si rien n’est précisé dans le forfait, on bénéficie d’une protection minimale : le loueur est obligé, en France du moins, de couvrir la responsabilité civile, pour les dommages que l’on pourrait causer à autrui.

Il assure aussi les dégâts infligés à la voiture et le vol, mais laisse à la charge du client (sauf si un tiers est jugé responsable) une franchise élevée : entre 2 500 et 10 000 €, même pour des voitures de catégorie A ou B.

C’est pourquoi les loueurs commercialisent des assurances complémentaires, permettant de "racheter" une partie de ces franchises. Parfois proposées en option, elles coûtent généralement plus d’une dizaine d’euros par jour.

Le plus souvent, leur prix est déjà inclus dans le forfait. Elles sont désignées par des sigles internationaux : CDW pour les dommages, TP, TPC ou TW pour le vol. La franchise qui reste à payer en cas d’accident sera ramenée, selon les loueurs et les voitures, à une somme comprise entre 500 et 2 000 €.

Des garanties supplémentaires

Les loueurs suggèrent de souscrire des garanties supplémentaires : les super CDW ou TP. Elles ramènent les franchises à un montant de 100 à 500 €. Certaines les annulent même en totalité.

Enfin, le dispositif est complété par une assurance PAI. Celle-ci prévoit le versement d’un capital au conducteur ou aux passagers en cas de décès ou d’invalidité. Elle couvre aussi parfois le vol des bagages.

Avec de telles garanties, toutes les situations sont-elles prévues ? Hélas non, car il subsiste des exclusions, listées dans les conditions générales de location ou le contrat d’assurance.

Les loueurs peuvent laisser à la charge du locataire la totalité des dégâts pour les accidents résultant d’une conduite en état d’ivresse ou d’une mauvaise appréciation du gabarit du véhicule.

Sont exclus aussi les chocs sous la voiture et leurs conséquences mécaniques, parfois aussi les dommages causés aux pneus, aux jantes, aux enjoliveurs, les dégâts à l’intérieur du véhicule ou les erreurs de carburant.

Dernière restriction de taille : seuls les conducteurs désignés dans le contrat sont couverts.

Les atouts des cartes bancaires

Vous réglez votre location avec une carte Visa Premier ou Gold MasterCard ? Il est alors inutile de souscrire les assurances "rachat de franchise" proposées par le loueur (aussi bien la CDW ou la TP que la super CDW ou la super TP).

Car ces garanties sont déjà incluses dans votre carte. En cas d’accident, sans tiers responsable identifié, le loueur laissera à votre charge la franchise prévue. Mais vous pourrez vous la faire rembourser, sur justificatifs, par les services d’assurance de la carte bancaire.

Toutefois, cette protection ne joue pas pour certains véhicules, par exemple les 4 x 4 ou les utilitaires de plus de 8 m3. Les cartes bancaires prévoient, en outre, des capitaux en cas de décès ou d’invalidité consécutifs à un accident dans une voiture de location.

Source : Dossier Familial

Hébergé par Overblog