Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire
Publié dans : #ENVIRONNEMENT-ENERGIE

Chaque fois qu’une innovation ou un secteur prometteur émerge sur le plan économique, une foultitude de petits escrocs s’engouffre dans le filon pour soutirer leurs économies à des épargnants confiants, en leur faisant miroiter des projets merveilleux.

Pratiques agressives, déloyales, démarchage abusif, client trompés, faux arguments… autant de méthodes utilisées par des vendeurs du secteur des énergies renouvelables.

Après plus de 2 500 plaintes de consommateurs reçues en 2014, les services de la Répression des fraudes ont lancé une enquête qui confirme un nombre considérable de professionnels malhonnêtes dans ce secteur. Le taux d’anomalie atteint 50%. La DGCCRF invite les consommateurs à signaler tout abus et dérive et conseille de ne pas donner suites aux offres mirobolantes des démarcheurs.

 

Pratiques commerciales douteuses

La DGCCRF dénonce un « non-respect des règles de démarchage à domicile et des tromperies sur les coûts et gains attendus des installations ». Parmi les infractions commises sont également citées le non-respect du délai de rétraction, le paiement par les consommateurs aux professionnels avant expiration du délai de 14 jours et le non-respect dû au formalisme des contrats de vente et de crédit.

En effet, le client doit vérifier que le bon de commande est daté du jour du démarchage, malgré les prétextes du démarcheur, afin qu’il ne soit pas pénalisé sur le délai de rétractation. Aucun paiement ne doit être effectué pendant le délai de 7 jours. Le client doit également vérifier les documents complétés, en apprécier le contenu, avant de signer et d’accepter le projet.

La DGCCRF rappelle que « dans le cadre du démarchage à domicile, le consommateur dispose du droit à une information précontractuelle, d'un délai de rétractation de 14 jours, la remise obligatoire d'un contrat et l'interdiction pour l'entreprise de percevoir une contrepartie financière pendant un délai de 7 jours ».

Plus inquiétant encore, alors que dans le bâtiment les fausses mentions RGE fleurissent, il apparaît que 64 % des entreprises verbalisées par la DGCCRF détenaient cette marque de qualité. L'administration de lutte contre les fraudes signale que la mention "ne constitue donc pas une garantie de bonne pratique commerciale du professionnel".

Qu’est ce que la mention RGE : La mention RGE - Reconnu Garant de l’Environnement- s’adresse aux artisans et entreprises du bâtiment, spécialisés dans : les travaux d’efficacité énergétique en rénovation et l’installation d’équipements utilisant des énergies renouvelables.


L’affichage de ce signe de qualité, qui est le fruit d’une démarche volontaire pour son obtention permet à son détenteur : de valoriser son savoir-faire, de renforcer sa relation de confiance avec ses clients, de s’engager dans une démarche de progrès permanent et dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur, de faire bénéficier ses clients du principe de l’éco-conditionnalité des aides à la rénovation énergétique.


Si le label RGE peut être un signe de qualité pour les travaux, il ne constitue pas toutefois une garantie de bonne pratique commerciale.

 

Energies vertes : signaler les abus

« Compte tenu de la persistance d'infractions graves commises par un certain nombre de professionnels », la direction de la concurrence incite à la plus grande vigilance lors de l'achat d'installations domestiques telles que les panneaux solaires ou les éoliennes.

Attention au démarchage abusif concernant les offres d’isolation, l’installation d’une éolienne ou de panneaux photovoltaïques. Un minimum de bons sens est requis. L’un des signes distinctifs des charlatans est de parler de choses à tout propos et hors de propos.

Ceux qui se sont fait piéger ne doivent pas hésiter de se faire accompagner par l’UFC QUE CHOISIR ou un conseil pour obtenir la résolution du contrat et de l’offre de crédit souvent associé. Ainsi, un couple dont l’installation n’avait été ni intégralement livrée ni posé, vient d’obtenir de ne plus rembourser le crédit de 22 600€ souscrit pour financer l’opération (C. Cass, 10/09/2015).

La DGCCRF entend maintenir et intensifier une surveillance déjà accrue dans le secteur des EnR.

 

Quelques conseils pour éviter les arnaques

-Demandez plusieurs devis : surtout en cas de démarchage à domicile. En prenant le temps d’analyser les différentes propositions, on apprécie mieux ses besoins pour prendre la meilleure décision.

-Restez vigilant face aux discours commerciaux : attention aux faux arguments : « prêt de toiture » pour une installation de panneaux photovoltaïques, opération autofinancée…

-En cas de doute, faites jouer votre droit à rétractation : il est plus raisonnable de se rétracter en cas de doute puis prendre le temps de réfléchir à tête reposée pour s’engager dans un projet d’énergie renouvelable.

UFC QUE CHOISIR, G.A

Hébergé par Overblog