Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

Qu’elles soient rechargeables ou compatibles, les cartouches d’encre alternatives séduisent de nombreux consommateurs, notamment par les économies qu’elles annoncent par rapport aux cartouches proposées par les fabricants d’imprimantes. Les enquêteurs de la DGCCRF se sont penchés sur ce marché et ils n’ont pas été déçus.

Avec leurs promesses d’économies pouvant aller jusqu’à 60 % par rapport aux cartouches des fabricants d’imprimantes, les cartouches alternatives séduisent un large public. Voilà une bonne raison pour la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) de se pencher sur ce marché.

Pendant plusieurs semaines, les agents de la DGCCRF ont visité pas moins de 65 commerces de détail et sites Internet commercialisant des cartouches recyclées (remplies par le professionnel) ou génériques (des cartouches neuves affichant des caractéristiques similaires à celles des cartouches officielles). Résultat : des défauts d’information sur les prix et sur les conditions de vente ont été détectés dans 25 % d’entre eux.

La DGCCRF déplore notamment le fait que le client qui amène une cartouche vide ne puisse pas savoir le prix exact qu’il aura à payer avant le dépôt.

Les enquêteurs ont relevé par ailleurs des informations en langue étrangère, des inexactitudes sur l’origine des encres ou sur les références aux normes ainsi que des manquements liés aux informations précontractuelles, notamment en matière de garanties. Les agents de la DGCCRF se sont aussi penchés sur les promesses d’économies jusqu’à 60 % affichées sur certaines cartouches, mais malheureusement, ils ne sont pas allés jusqu’à calculer eux-mêmes les coûts d’usage réels, comme nous pouvons le faire lors de nos tests de cartouches d’encre. Ils se sont contentés de vérifier que les allégations avancées pouvaient être justifiées, notamment par l’existence d’attestations du fournisseur.

Au final, pas moins de 640 anomalies ont été relevées et 20 avertissements ont été prononcés. Les enquêteurs ont également dressé 3 injonctions administratives visant à obliger le professionnel à stopper une pratique illicite sous peine d’amende. Ils ont également promis de continuer à surveiller ce secteur, même si celui-ci a tendance à décliner à cause notamment des dispositifs de protection technique toujours plus élaborés mis en œuvre par les fabricants d’imprimantes afin d’empêcher le recours aux cartouches d’encre compatibles.

Cyril Brosset

Hébergé par Overblog