Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

C'est le moyen de paiement préféré des français avec prés de 50% de règlements effectués à l'aide d'une carte bancaire. Ce moyen est à priori plus sur que le chèque ou l'argent liquide mais il suscite les convoitises d'une multitudes d'escrocs en tous genres.

A l'heure ou beaucoup d'entre nous vont prendre des vacances, dépenser leur argent dans des lieux souvent inhabituels par rapport au reste de l'année (restaurants, magasins de souvenirs, …), nous pensons qu'il est utile de rappeler quelques règles de prudence et comment réagir en cas de fraude.

Quelles sont les principales précautions à prendre ?

Même si certaines de ces précautions semblent évidentes, il est important de les rappeler :

  • Conservez votre carte avec vous, ne la laissez jamais dans votre véhicule.
  • Apprenez votre code par cœur et ne l'écrivez nulle part.
  • Signez votre carte bancaire afin que personne d'autre puisse le faire.
  • Notez le numéro de votre carte et sa date d'expiration conservés dans un lieu sûr. Vous pouvez en avoir besoin pour faire opposition.
  • Surveillez vos relevés de compte pour repérer au plus vite d'éventuelles fraudes et pouvoir réagir rapidement auprès de votre banque.
  • Ne perdez pas de vue votre carte lors d'un paiement si elle est dans les mains d'une personne que vous ne connaissez pas.
  • Composez votre code confidentiel à l'abri de regards indiscrets, au distributeur, aux caisses des grands magasins ou ailleurs.
  • Ne répondez jamais par mail ou téléphone à une personne qui vous demande vos coordonnées bancaires sauf si vous êtes sûr de votre interlocuteur.
  • Si vous achetez sur Internet, choisissez des sites sécurisés. La présence du « s » à la fin de « http » dans l'adresse est une garantie.

 

Quelles fraudes constatées ?

La fraude à la carte bancaire se définit comme l'utilisation de cette carte par un tiers qui n'en est pas le titulaire légitime.

Trois types de fraudes :

L'utilisation par un tiers d'une carte perdue ou volée. Cela suppose d'avoir obtenu le code confidentiel par ruse, tromperie, ...

La contrefaçon d'une carte. Avec des matériels sophistiqués, il est possible de copier la piste magnétique et de capter le code confidentiel.

l'utilisation des identifiants de la carte ( numéro, date d'expiration, code secret ) obtenus par tromperie, détournement de fichiers, …

Nous pouvons donner des exemples de ces fraudes :

Utilisation d'une carte volée :

Une dame va faire ses courses à Centre Deux à St Etienne, elle paye des achats à un caisse de supermarché normalement avec sa carte. Peu après, elle constate qu'on lui a volé sa carte.

L'explication est simple : un premier voleur s'est tenu près d'elle pour le paiement et a relevé son code confidentiel. Un deuxième plus loin lui a volé sa carte. En possession de la carte et du code , ils ont pu faire deux retraits de 300 € le temps qu'elle s'en aperçoive et puisse faire opposition.

Contrefaçon d'une carte :

Un jeune sous marinier originaire du Puy fait escale à Chypre et va dans un night-club avec des collègues. Il paye des consommations avec sa carte et sa mère habitant le Puy s'aperçoit très vite qu'on lui a prélève 1 500 € en plus des 40 € de consommations.

Le bar de cet établissement devait être équipé d'une caméra qui a filmé le paiement et surtout les codes.

Avec les coordonnées de ces cartes, les escrocs ont fait fabriquer une fausse carte ( en Roumanie très certainement) qu'ils ont utilisés pour faire ce retrait avant que l'opposition soit mise en place.

Utilisation des identifiants :

Une dame reçoit un coup de téléphone par une personne qui se présente comme étant d'Orange et lui annonce qu'elle a gagné un téléphone portable qui lui coûtera seulement quelques euros.

Il lui faut valider la commande et on lui demande de donner les trois chiffres au dos de sa carte mais pas son numéro de carte, ni le code confidentiel.

Pas assez méfiante, elle s’exécute et constate peu de temps après un retrait de 849 € sur son compte avant qu'elle ait fait opposition.

Elle a toujours affirmé ne pas avoir donné le numéro et le code confidentiel qui avaient du être récupérés par un détournement de fichiers.

 

Quels recours en cas de fraude ?

En cas de perte, vol ou constat d'utilisation frauduleuse, le titulaire doit faire opposition au plus vite auprès de sa banque. Il peut le faire par téléphone mais il est souhaitable de faire suivre une lettre recommandée avec accusé de réception.

En cas de vol, il faut déposer une plainte au commissariat ou gendarmerie.

Après l'opposition, il ne doit pas y avoir de problème car c'est à la banque de mettre tout en œuvre pour éviter de nouvelles opérations frauduleuses.

Il n'en est pas de même avant l'opposition ou vous êtes a priori responsable des opérations effectuées avec votre carte.

Le code monétaire et financier précise qu' en cas d'opération non autorisée, la responsabilité du porteur n'est pas engagée.

En fait, l'article L133-19 dit que cette « responsabilité n'est pas engagée si l'opération de paiement non autorisée a été effectuée en détournant, a l'insu du payeur, l'instrument de paiement ou les données qui lui sont liées ».

Les banques refusent souvent de rembourser en invoquant la négligence du client et le fait que l'opération a été réalisée avec le numéro de la carte et du code confidentiel

Ce qu'oublie la banque c'est que c'est à elle d'apporter la preuve de la faute lourde de son client et non l'inverse pour refuser le remboursement des sommes indûment prélevées.

Si vous êtes victimes de fraude à la carte bancaire et que votre banque refuse de vous rembourser, n'hésitez à venir nous voir pour vous aider à régler le problème.

Pour les cas cités ci-dessus, nous avons obtenu avec nos adhérents, le remboursement dans le premier cas par négociation avec le Crédit Agricole, dans le second aussi avec recours au tribunal de proximité, le troisième est en délibéré au tribunal de proximité.

« Il vaut mieux prévenir que guérir », soyez prudents pour éviter de mauvaises surprise. En cas de problème, défendez-vous, venez nous voir.

Henri OLLIER

Hébergé par Overblog