Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) vient de publier son dernier rapport concernant les fraudes aux cartes bancaires... Verdict : en deux ans, celles-ci ont véritablement explosé en France. En effet, plus de 700.000 ménages se sont déclarés victimes d'au moins un débit frauduleux au moyen de la carte bancaire en 2012, soit une hausse de près de 44% par rapport à 2010.

Les résultats de son enquête "Cadre de vie et sécurité" qui porte sur l'année 2012 et réalisé par l'Insee pour l’ONDRP dévoile le manque de sécurité de ce moyen d

e paiement. Même au fond de votre sac, votre carte bancaire n’est plus en sécurité!

Cette hausse semble inquiétante car ils étaient seulement 500 000 ménages en 2010 à avoir été victime de débits frauduleux sur leur compte bancaire, contre 718 000 ménages en 2012.

Ces débits frauduleux ont souvent lieu sur la toile. Ce rapport indique que 55 % des ménages, victimes de débits frauduleux, déclarent que l’auteur de la fraude a utilisé leurs informations confidentielles, ou leurs coordonnées bancaires, pour effectuer un achat sur Internet. Vu la facilité pour effectuer des achats sur Internet, souvent seulement avec les numéros de la carte bancaire et sans le code secret, les auteurs se rabattent sur ce mode d’achat.

Viennent ensuite l'achat dans un commerce traditionnel (13 %) et le retrait d'argent dans un distributeur (12 %), pour lesquels les auteurs sont plus expérimentés (obtention du code secret, piratage des distributeurs…). En revanche, le phishing (site frauduleux imitant un site officiel et vers lequel la victime est dirigée par le biais d'un mail) et les appels téléphoniques ne sont mis en cause que dans 3 % des cas.

Pour un peu plus des deux tiers des victimes (68 % des ménages), elles indiquent n'avoir subi qu'un seul et unique débit frauduleux sur deux ans. Ils sont 26 % a déclaré avoir observé plusieurs débits non souhaités formant une même série. Quant au montant, il est inférieur à 300 euros pour la moitié des victimes et supérieur à 1 000 euros pour 20 % des personnes touchées. La valeur moyenne d’un débit frauduleux est de 300€.

Quant à la manière dont ces victimes ont constaté la fraude, la meilleure solution reste encore d’être vigilant lors de vos achats traditionnels, sur des sites uniquement sécurisés et signaler toutes anomalies sur les distributeurs. En tant que client averti, il

 convient d’éplucher régulièrement vos relevés d'opérations bancaires. 65 % des ménages ayant subi un préjudice l'ont découvert de cette manière (sous forme papier, en ligne ou via un répondeur vocal). Dans seulement 27 % des cas, c'est un appel de leur banque ou d'un autre établissement bancaire qui a permis de découvrir le pot aux roses.

54 % des ménages "victimes déclarées" disent avoir rapporté l’incident le plus récent à la police ou à la gendarmerie, dont 46 % qui ont formellement déposé plainte, et 9 % ayant fait une déclaration à la main courante.

Le but premier est d'obtenir avant tout réparation auprès de leur banque (motivation dans 76 % pour bénéficier d'un remboursement du préjudice). Et l'histoire se finit bien dans une majorité des cas puisque 85 % des victimes affirment avoir récupéré la totalité du montant dérobé grâce à leur banque.

UFC QUE CHOISIR 43, G.A

 

Hébergé par Overblog