Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'UFC Que Choisir 43

L'UFC Que Choisir 43

Blog de l'Association UFC QUE CHOISIR DE HAUTE LOIRE

Publié par UFC QUE CHOISIR de Haute Loire

LA VENTE ENTRE PARTICULIERS EN LIGNE, LE CADRE JURIDIQUE

Le réseau Internet a succédé avec succès au système des petites annonces. En 2008, 56% des internautes ont acheté ou vendu au moins un produit C to C (« Customer to Customer »). Le C to C est présenté comme un « bon plan anti-crise », puisqu’il s’agit d’une vente directe entre consommateurs, sans intermédiaires, et donc en économisant la marge de ces derniers.

Façon d’augmenter ses revenus, chasse aux bonnes affaires ou aux perles rares, le business C to C permet désormais à un nombre croissant de particuliers de réaliser des opérations de vente entre eux, par l’intermédiaire de sites tels que EBay, Le Bon Coin, PAP… Mais rare sont les consommateurs avisés qui prennent l’entière mesure des conséquences, d’un point de vue juridique, d’une telle activité. Les risques existent pour les vendeurs comme pour les acheteurs.

Prenez certaines précautions pour vendre ou acheter avec de meilleures garanties :

-En cas de retour de l’article : L’acheteur peut demander le remboursement à la plateforme en prétextant que l’article acheté est arrivé en mauvais état. En effet, certains intermédiaires jouent un rôle de tiers de confiance en sécurisant la transaction. En cas de litige, la plate forme joue un rôle d’arbitre et peut demander le remboursement au vendeur.

-Si l’article est perdu : si l’acheteur prétend ne pas avoir reçu son colis, il appartient au vendeur de prouver son envoi. Cette preuve est d’autant plus difficile que la majorité des acheteurs limitent les frais d’envoi qui restent à leur charge.

-Absence de livraison : Un vendeur est en droit de demander le paiement intégral avant l’envoi de l’article. A réception des fonds, le vendeur disparaît dans la nature. L’acheteur ne récupérera jamais son argent, surtout s’il a utilisé un service de transfert d’argent direct.

-Si la marchandise arrive à destination endommagée : le vendeur est responsable de la marchandise pendant le transport et jusqu’à destination.

-Les modes de paiement : si l’acheteur vous contacte uniquement par mail et propose le paiement par Western Union pour cause de déplacement à l’étranger, alors fuyez…il s’agit d’une arnaque, hélas par trop répandue.

Certains acheteurs peu scrupuleux incitent le vendeur a utiliser PayPal pour sa sécurité. Mais le vendeur reçoit un faux mail aux couleurs de Paypal l’informant que l’argent a bien été viré et qu’il peut expédier la marchandise. Le vendeur perd sa marchandise.

Les cinq commandements du consommateur avisé :

1) Pour éviter les litiges et les demandes de remboursement, décrivez précisément les objets avec les défauts, rayures, chocs…

2) Privilégiez l’envoi suivi même si l’acheteur n’a réglé pour un envoi simple. Emballez soigneusement les articles.

3) Ne réglez jamais le montant en utilisant un service de transfert d’argent de type Western Union. Méfiez vous des taxes supplémentaires demandées et qui seront remboursées.

4) Préférez les plates formes qui interviennent comme tiers de confiance (PriceMinister) et utilisez les paiements sécurisés (PayPal).

5) Sur les plates formes intermédiaires (Le Bon Coin), privilégiez les échanges de proximité avec remise de la main à la main.

Si vous êtes victimes d’une arnaque, informez en la Direction Départementale de la Protection des Populations et le site par lequel vous êtes passé. N’oubliez pas de déposer une plainte auprès du commissariat.

 

 

Hébergé par Overblog